Esquisse

Auteur: Benjamin Zaschen
Dessin pour le livre Sarah Isabella MONTÌJO (b.Zaschen)

« Venue sur ce site pour voir s'il existe, ici, un soleil noir, une serrure de porte, une clef sans pêne, le galbe d'une hanche sévillane, l'Arlésienne, Diogène Laërce, une cantatrice, la gestation d'un jour, ou tout autre sucre de sensualité. Par ailleurs, je précise préférer me tenir à l'écart, sans pour autant froisser, des gens trop normés, épousant les standards de cette société, sans esprit critique, démagogues et dictateurs de l'égalité. Ces choses ne sont pas mon opium. Il existe des lions, des lionnes et des lionceaux. J'aime la différence au sein des genres. C'est pourquoi les égalitaristes, les sans-généralités, m'ennuient profondément. Je fuis ce qui, selon moi, est de la médiocrité. Il y a plus beau qu'un sourire sur un visage, c'est un visage qui donne le sourire à un autre. » (sic)Extrait tiré du livre Sarah Isabella MONTÌJO ou la nuit venue.

Esther

 

Profondeurs d'un miroir formant un précipice

Dont les sondes et la mer épousent l'inconnu

Ils abritent en leur sein des épaves de vertu

Revêtues d'algues brunes sucées par quelques vices

 

Dans ces courants marins tout baignés de silences

S'époumonent corolles agitées dans les lames

Une traîne, sous les vents baptismaux de l'absence,

Engrosse d'alvéoles leur tréfonds apogame

 

Un frêle esquif paraît au coin droit supérieur

À regarder de près, on y voit des pêcheurs

Qui, au prix du labeur, convoitent des filets

 

Tirant loin sur la nasse, ils lèvent un éventail

Comme un nègre orifice qui s'en vient et qui baille

Et verse dans l'iris tous les fruits du péché

 

(extrait du recueil de poèmes à paraître intitulé NAVRAPA, benjamin Zaschen)


 

                                                                                                                                                      ©Tous droits réservés.